Bangkok

Nous revenons à Bangkok, ville déjà connue pour nous. Nous retrouvons nos brochettes de porc dans les rues ainsi que le dessert mango sticky rice. Notre première journée est consacrée à la visite de la ville avec son palais royal ainsi que plusieurs temples, l’architecture est magnifique. Nous sommes aussi allés à la maison de Jim Thompson, un américain, connu dans le métier de la soie en Thailande, qui a une maison intéressante car il y a un mélange de plusieurs styles à l’intérieur. Ce monsieur est décédé dans des circonstance mystérieuses en Malaise, dans les Cameroun Highlands, endroit pas inconnu pour nous.

La circulation à Bangkok est compliquée, beaucoup de bouchons, un métro pas trop développé si bien que l’on a décidé de se déplacer en bateau public, les sites touristes sont accessibles facilement et le prix des tickets pas chers.

Pour finir, nous avons eu envie de nous faire plaisir et de dormir dans un bel hôtel puisque dans cette ville il y a des hôtels luxueux mais beaucoup plus abordables qu’en France. Nous avions réservé une chambre sympathique mais lorsque nous sommes arrivés, nous avons eu la chance d’être surclassés, suite de 50m² au 33ème étage, piscine à débordement, jacuzzi, bar sur le toit et un buffet pour le petit déjeuner où nous sommes régalés (et fait mal au ventre)…

C’est aussi à ce moment là que nous avons prit la décision de continuer notre voyage, on vous l’annonce pour ceux qui ne sont pas au courant, nous continuons 6 mois de plus en Amérique du Sud : Colombie, Equateur, Perou, Bolivie, Chili, Argentine, Brésil. L’envie de découverte était toujours bien présente, l’énergie aussi pour continuer, alors autant en profiter.

Kanchanaburi

Cette ville touristique est malheureusement connue pour son pont enjambant la rivière Kwai qui a été construit par des prisonniers de guerre sous les commandes de l’armée japonaise. Il y a aussi la ligne de chemin de fer de la mort reliant la Thaïlande et le Myanmar qui a été construite à proximité de cette ville. Des conditions de travail absurdes, des délais impartis infernales qui ont conduits beaucoup d’hommes à la mort. Il y a des cimetières, des musées qui relatent très bien les événements ainsi que des endroits où passait précédemment la ligne de chemin de fer (elle est maintenant totalement détruite et elle n’a pas servie très longtemps).

Nous avons fait une excursion d’une journée en scooter pour rejoindre les chutes d’eau Erawan, qui sont sur 7 étages, l’ascension se fait assez simplement. Au sommet, l’eau a un aspect laiteux lorsqu’elle commence sa descente. A chaque niveau, on peut se rafraichir dans les bassins, vu qu’il fait chaud, ça fait du bien. Par contre, il y a les poissons qui nous mangent les pieds ! Ce sont les mêmes poissons que dans les aquariums qui vous nettoient les peaux mortes, là pas besoin de payer pour se faire une beauté des pieds sauf qu’ils sont vraiment voraces et c’était plutôt douloureux ! Il y avait aussi des singes voleurs de sacs lorsque les gens sont partis se baigner, les petits malins.

C’est aussi là-bas que nous avons rencontré au cours de notre pédicure avec les poissons une famille nantaise sympathique en vacances : Olivier, Sonia, Kevin, Nathan et Romain. Ils ont suivis nos bons conseils de backpackers et on les a retrouvés quelques jours plus tard sur l’île de Koh Samet.

Ko Samet

Nous avons un peu déchanté à notre arrivée à Koh Samet lorsque nous demandions le prix des logements disponibles, beaucoup trop cher pour nous, les informations de notre guide de voyage n’était plus à jour. Et en plus, les prix sont vraiment élevés pour les prestations proposées, éloignées de la mer, en bois mal isolé,…

Lorsque Jérémie fait du porte à porte pour nous trouver un logement, il tombe sur la famille nantaise qui vient juste de s’installer. Une des réceptionnistes lui conseille de remonter, à trois minutes de marche de la plage, il y a des guest house moins chères, faut-il le savoir. Jackpot, une propriétaire hyper sympathique avec des logements top pour moitié moins cher ! La famille française viendra même si installer la nuit d’après, c’est mieux pour les apéros, cela fait moins loin ;) Si vous passez par là merci pour les bonnes soirées.

On s’est principalement reposé pendant cette escapade, la destination n’étant pas trop loin de Bangkok, c’était l’occasion de profiter une dernière fois des belles plages de Thaïlande. On était par contre un peu déçu de devoir payer des taxes pour le parc naturel protégé alors que l’autre n’était pas super propre.

Ayutthaya

Cela a été une longue journée de transport pour rejoindre cette ville, d’abord marche à pied de 30 minutes pour rejoindre le port, puis 40 minutes de bateau, 1 heure d’attente pour prendre un bus de 4 heures pour rejoindre Bangkok. De la station de bus, nous avons pris un taxi pour aller faire du shopping à Décathlon (oui, oui, oui, cela faisait 3 jours qu’ils avaient ouvert, une aubaine pour nous !) , puis un autre taxi pour nous emmener au métro. Une fois le métro pris, nous avons traversé une bonne partie de la ville. Ensuite environ 30 minutes de marche pour arriver à une station de bus où pour la première fois depuis notre voyage, nous nous perdons de vue, on n’arrive pas à se retrouver et on a aucun moyen de se joindre, heureusement que l’on fini par se retrouver devant le mini van pour partir à Ayuthaya. Ce mini van finira par nous déposer le long d’une route, loin de la ville où on finira cette folle journée de transport par un taxi collectif. Nous sommes partis à 8h00 de notre logement ce matin, il est 22h00, nous nous installons dans notre chambre. On trouve même encore un peu d’énergie pour répondre aux questions de deux françaises qui commencent leur périple de 4 mois en Asie. Ce soir c’est Halloween, les concerts vont finir plus tard pour l’événement, on arrivera quand même à trouver le sommeil.

Cette ville historique est très sympa, beaucoup la parcours à vélo mais pour faire tous les sites en une journée, il vaut mieux louer un scooter. Dans la ville, il y a des tuks tuks très étranges, ils ont été rebaptisés « Dark Vador », on ne les retrouve pas dans les autres villes.

Chiang Mai

C’est une ville qui regorge d’activité à faire : cours de cuisine, tyrolienne, visite de temples, éléphants, apprendre à faire des massages thais, se faire masser par des prisonnières… La ville n’a rien d’extraordinaire mais il y a beaucoup de touristes, manger occidentale n’est pas cher et c’est parfois compliqué de se loger dans la vieille ville (comme nous lorsque l’on est revenu de notre boucle en scooter, il ne restait plus que les chambres chères avec clim..). Alors évidement, il ne faut pas rester trop longtemps dans cette ville si on a un budget serré comme nous. On aurait vraiment voulu faire un cours de cuisine, mais cela sera pour plus tard (et on en a déjà fait un au Myanmar le mois dernier…).

Tout d’abord, nous avons visité la ville à pied, où il y a surtout des temples et des moines à voir. Nous avons continué notre soirée en allant manger dans un restaurant français, le bistrot Chiang Mai, propriétaire qui vient de Lyon. La carte nous met directe l’eau à la bouche, tellement de choses qui nous feraient plaisir, pour nous ça sera bavette (made in France) avec pomme de terre sarladaise et poêlée de champignon des bois accompagné d’un verre de vin, extra ! Nous avons terminé la soirée à un combat de boxe thaï, les billets sont plus abordables qu’à Bangkok. Au début, il y a deux hommes qui font des pas de danse sur le ring, en a en peu peur que ça soit ça tout le long. Mais non ! On assiste à 6 combats et certains sont violents, en un round, il y en a qui abandonne. Généralement, les matchs des femmes durent plus longtemps même si elles ne font pas semblant quand elles se battent !

Le lendemain, nous allons passé une journée avec les éléphants, c’est un budget pour nous, mais après avoir passé du temps en Asie, on a vraiment envie de se faire plaisir. Un mini van vient nous chercher à notre hôtel, nous ne sommes que 3 à partir vers le camp d’éléphant. On commence par se changer, ils nous donnent des vêtements de cornacs ! Nous avons un petit cours sur l’éléphant, les différences avec celui d’Asie, nous apprenons les mots pour le diriger. D’autres personnes nous ont rejoint on est 8 à ce moment là. Chacun son tour on essaye de monter à cru sur l’éléphant et on pratique les mots que l’on a appris, à l’aide d’un petit bâton en bambou on lui gratte la tête pour lui faire comprendre. On se demandait bien comment on allait monter dessus, en fait il lève sa patte un peu, nous sommes pieds nus, une main agrippée à son oreille et une autre à un pli de son corps. On monte sur sa patte et après on lui ordonne de monter plus haut sa patte et on fini en se hissant à l’aide nos bras ! Pas si dur en fait et moins impressionnant que le chameau. Pour redescendre, quand nous sommes seul, on peut glisser en toboggan par sa tête ou lorsque l’on est deux, ils le font coucher et on descend sur le côté. A ce moment là, le guide dit que chacun des participants n’a pas le même programme, il n’y a que nous qui avons choisi une journée complète avec les éléphants, si bien qu’après nous serons seuls sur notre éléphante, avec notre aide cornac, comme nous sommes chanceux (il y a maximum 14 personnes par groupe soit 7 éléphants, nous avons quand même dû partager notre éléphant). Après le repas, nous avons confectionnés des vitamines et nous lui avons donné directement dans la bouche. Puis on a commencé notre balade, sauf qu’au bout de deux minutes notre éléphant s’arrête et il n’a jamais voulu redémarrer ! Sans doute nos instructions n’étaient pas assez bonnes, il faut dire que notre accent thaï ne doit pas être terrible. On change d’animal pour en prendre un plus obéissant, on fait une belle ballade où on passera par une rivière. Pour information, un éléphant, ce n’est pas doux, même avec un pantalon, on sentait son poil dur nous piquer.

On ira ensuite dans un bassin pour le laver, il adore l’eau, il ne bougeait pas, on l’a frotté avec une branche qui forme des bulles au contact de l’eau et quand on en avait plus besoin, on lui a donné à manger car il adore ça. Une fois tout le monde bien propre, on ressort du bain pour aller faire… un bain de boue, oui l’ordre n’est pas bien logique mais ça leur protège la peau. On avait un cornac et un éléphant joueurs alors c’était bien rigolo. Voilà notre superbe journée s’achève avec un beau diplôme, on a vraiment adoré et nous avons été super chanceux d’être seul pour ces moments.

Mae Hong Son: boucle en scooter de 5 jours, 700 kms

Nous voilà parti pour 5 jours en scooter, nous avons laissé nos gros sacs chez notre loueur de scooter et nous avons nos deux petits sacs avec nous. On prend une photo de notre compteur avant de partir pour savoir combien de kilomètres nous faisons par jour.

Jour 1 : Nous nous rendons à Pai, il y a de nombreux virages et ça grimpe, heureusement on a prit un scooter 125 CC pour être moins embêté dans les côtes. En plus de cela, ils font des travaux pour faire une trois voies, on a des petites visières sur nos casques, cela protège un peu de la poussière. On visite un pont mémorial et nous retrouvons Jack Sparrow en chair et en os. On passe un peu de temps à trouver notre logement parfait, on jettera notre dévolu sur des bungalows avec hamac le long de la rivière. Il y a un marché de nuit bien adapté aux goûts occidentaux (entendre par là, bruschetta, pizza, kebab).

Jour 2 : C’est pluvieux aujourd’hui, on visite les alentours de Pai : un point de vue, une cascade, une source d’eau chaude où l’eau coule à 40 degrés (un bain bien chaud en pleine forêt).

Jour 3 : Nous nous dirigeons vers Mae Hong Son aujourd’hui, on visite le canyon de Pai (on a beaucoup aimé). On s’arrête au village de Soppong, c’est rigolo, on voit pleins de tenues traditionnelles, ce sont des habitants des alentours qui viennent en ville. Juste après, nous avons eu une bonne surprise, on voulait visiter une grotte hors des sentiers battus, où il y a des cercueils suspendus comme nous en avons déjà vu au Philippines. On ne paye pas d’entrée et on se dirige vers un sentier recouvert de mousse, on escalade quelques escaliers et on tombe sur une magnifique grotte, facile d’accès avec 3 salles comportant quelques vieux cercueils. On aime ce genre de découverte.

On trouve un logement rapidement, on s’installe et on va voir le coucher de soleil au temple qui surplombe la ville. On finira notre journée au marché de nuit.

Jour 4 : Notre nuit n’a pas été très bonne, nous avons été malade tous les deux une bonne partie de la nuit, très certainement intoxication alimentaire sur le marché. On n’a pas beaucoup de forces pour repartir mais nous y allons doucement. Nous avons en plus de cela un peu de pluie qui nous accompagne ce jour là. A notre guesthouse, on nous avait parlé que c’était la saison de fleuraison des tournesols mexicains sauvages, il y en a des champs entiers que l’on peut aller voir, cela nous fait un détour de moins de 80 kms. On ne regrette pas de s’être motivé malgré notre état, la vue était vraiment belle avec toutes ces fleurs jaunes et les montagnes. On a fait une route bien montagneuse pour atteindre la ville de Mae Chaem et on a croisé pleins de camion remplis de sacs de mais, c’était la saison de la moisson.

Jour 5 : Nous reportons de notre bungalow, encore un peu patraque et roulons tranquillement vers Chiang Mai. On a fait une halte devant une superbe cascade afin de se dégourdir les jambes, nous sommes arrivés en début d’après-midi à Chiang Mai avec plus de 700 kms au compteur, belle escapade !

Tha Ton

C’est une petite ville aux habitants sympathiques, avec rivière et montagne. Nous sommes venus là car il y a plusieurs villages ethniques qui se côtoient. La première après-midi on veut monter à un temple pour surplomber la ville. On est un peu fainéant et on essaye le stop pour aller en haut, en moins de deux minutes, un pick up avec des jeunes moines s’arrêtent et on monte à l’arrière en vrac avec eux, chouette expérience. La vue d’ailleurs valait le coup de monter.

Le lendemain, le gérant de notre hôtel nous organise une sortie trekking pour voir les villages ethniques, il nous dépose chez notre vieux guide de 64 ans et un ami à lui dans nos âges. On commence à discuter avec eux, ils parlent un peu anglais, on visite un village Karen le matin et après ils nous emmènent en forêt. On est vraiment en plein milieu de la jungle alors on ne comprend pas trop quand est-ce que l’on va voir des ethnies. On fait une longue pause en haut de la jungle, ils nous préparent un menu royal : papaye, beignet de banane, barbecue, riz collant, noodles… Le tout sur une table en feuille de banane et un set de table en bambou fabriqué devant nous que l’on a pu garder. L’expérience était sympa.

Après mangé, on leur demande quand est-ce que l’ont voit des villages, ils disent ce n’est pas finit la jungle il faut marcher tout l’après-midi… On se rend compte que l’on s’est mal compris, ce n’est pas le programme voulu par nous. On redescendra alors par le même chemin, quelqu’un nous emmènera en motoculteur et charrette en bois jusqu’à la maison du guide. Lui et son ami prendront leur moto et ils nous emmènent voir différents villages dans la montagne. Le programme était parfait pour nous, on a eu que des bons moments. Par contre dans les villages, la plupart des gens portaient des tenues normales et gardent les tenues spéciales pour les cérémonies.

Chiang Rai

C’est déjà la dernière étape pour la Thaïlande, c’est passé encore bien trop vite. On a loué un scooter pour une journée et nous avons vu le temple blanc, situé tout au sud de la ville (13 kms). Ce temple est magnifique, il est tout blanc avec des éclats de miroir. C’est très artistique avec des statues et des œuvres d’art à droite à gauche.

En opposition, un artiste à fait au nord de la ville la maison noire, où le mal est représenté par des grandes tables où des peaux de bête sont allongés dessus. Les endroits valent largement une visite.