Negombo

Petite station balnéaire proche de l'aéroport (8kms), il est sympa de s'y reposer après le vol. Nous avons passé 17 heures dans les transports: 5h30 Paris à Jeddah en Arabie Saoudite, 6 heures d'escale là bas (l'endroit où nous avons attendu n'était pas des plus agréable ) puis à nouveau 5h45 de vol.
Le marché aux poissons est sympa à voir et il est possible de se baigner à Negombo beach où tous les touristes sont réunis.

Anuradhapura

Nous sommes allés à la découverte des ruines d'Anuradhapura en vélo. Notre GH ne proposant pas de vélo à louer nous avons eu un peu de mal à en trouver mais une fois fait nous avons vraiment trouvé la balade jolie avec beaucoup de singes, de vaches, des arbres exceptionnels et des très beaux temples.

En revanche le prix est excessif pour le Sri Lanka (25$ par personne), on a essayé de forcer les barrages de police plusieurs fois mais au bout d'un moment on s'est fait arrêter, comme on n'avait pas de billets, un des policiers a emmené Jérémie en mobylette sur le lieu de vente des billets.

Mannar

Mannar est à l'ouest de l'île, la péninsule rejoint presque l'Inde. il y avait une liaison par bateau qui existait auparavant mais la guerre à détruit la ligne ferroviaire. Cela était utile pour transporter le thé puisque c'est le 2 ème pays producteur de thé au monde. Il y a beaucoup d'ânes dans cette ville, ils ont été apportés par les colonies pour construire les routes. Les gens parlent peu anglais ici et ils sont curieux de voir des personnes blanches.

Il n'y a rien de spécial à faire mis à part voir l'énorme baobab mais cela permet de faire une coupure pour aller dans le nord à Jaffna

Jaffna

Jaffna est une ville au nord de l'île, elle a été durement frappée par la guerre. Sur le site du gouvernement français, il était inscrit que depuis octobre 2014, tous les touristes voulant se rendre dans la péninsule nord devaient se procurer une autorisation du gouvernement pour s'y rendre. Nous avons fait la demande par mail, et nous avons eu une réponse positive le lendemain. Finalement, personne ne nous a contrôlé les passeports ou cette autorisation. Il semble que c'est le cas depuis les élections du nouveau président en janvier qui souhaite une libre circulation des touristes dans tout le pays.

Nous n'avons pas trouvé que la ville portait beaucoup de traces de la guerre, c'est une grande ville avec pour visite le fort, la bibliothèque publique et le temple de Nallur Kandaswamy. Nous avons pu assister à une puja dans le temple Hindou, c'est une procession qui a lieu plusieurs fois par jour dans le temple, les hommes doivent être torse nus pour pouvoir y entrer. Il y avait aussi une grande foire où il y avait de tout à vendre: voiture, système solaire, études, shampooing.

En soit la ville a peu d'intérêts, en revanche nous y avons trouvé des gens vraiment contents de voir des touristes, ils étaient curieux de nous voir là. Cela a été très amusant d'aller à leur rencontre mais la communication est compliqué car peu de personnes parlent anglais, il n'est par rare d'avoir une personne qui parle anglais et dix chauffeurs de tuk tuk, il leur fait la traduction.

Nous avons ensuite poussé le chemin jusqu'à l’extrême nord.

Sigiriya

Le fameux rocher du lion, il faut y aller de bonne heure car les touristes arrivent par bus entier à partir de 8h30- 9h00 et le site ouvre à 7h30. Il y a des bassins en premier plan, il faut ensuite monter des escaliers pour pouvoir voir des peintures. On arrive ensuite aux pattes du lion, il reste un dernier escalier à grimper pour pouvoir accéder à la superbe vue en haut.

Nous avons rencontré une mésaventure lors de notre ascension, il y a une attaque de guêpes ou frelons, on ne sait pas trop. Les gens étaient affolés, nous avons dû nous réfugiés dans des petites maisons où certains étaient enfermés avec nous. Il y avait des K-way à disposition dans les refuges, les autorités sont intervenues pour nous évacués. Certains ont dû aller à l'hôpital car ils ont reçu de nombreuses piqûres. Nous avons dû patienter deux heures pour pouvoir monter, le site était presque vide, nous avons pu profiter tranquillement.

Nous avons été aussi à Pidurangala.

Kandy

Nous avons trouvé cette ville plutôt bruyante et polluée. Il y a un grand lac au milieu de la ville, la principale attraction de la ville est le temple, où parait-il, il y aurait la dent de Bouddha. Il y a aussi un spectacle de dance à voir tous les soirs.

Nous y avons surtout fait une halte pour faire notre visa indien bien moins cher qu'en France (il nous serait revenu à environ 90€ avec les frais de recommandé contre 40€ y compris avec les photos au Sri Lanka) par contre nous devons y retourner dans 11 jours pour se faire tamponner le passeport.

Nous avons un peu plus apprécié notre deuxième passage à Kandy, où nous avons été voir le spectacle de danse et rencontré un super chauffeur de tuk tuk qui nous accueilli chez lui afin de nous permettre de repartir plus tôt le lendemain matin sans problèmes

Pic d'Adam

Pèlerinage qui s'effectue de nuit, de 7 kms, uniquement des marches, plus ou moins hautes mais goudronnées jusqu'au bout. En haut se trouve un temple bouddhiste. On part normalement de nuit vers 2 heures du matin pour arriver avant le lever du soleil vers 6h30.

C'était jour de pleine lune quand nous y sommes allés, les locaux nous ont conseillés de partir vers 00h00. Nous sommes finalement parti à 00H45 et nous avons mis 6h00 à atteindre le sommet tellement les escaliers étaient encombrés. Il faisait très froid mais nous avons quand même vu le lever de soleil qui s'est rapidement couvert par les nuages.

Les locaux font l'ascension en tong ou pieds nus, tee shirt et cache oreille. Ils étaient bien contents de se coller à nos polaires. La tradition est de sonner la cloche autant de fois que nous avons fait l'ascension.

La descente a été très douloureuse pour les genoux à cause de ces nombreuses marches irrégulières.

Haputale

On est arrivé à Haputale très fatigué de notre montée à l'Adam's peak, on a été récompensé par un petit bungalow qui offrait une vue superbe sur la vallée.

Nous avons fait les chutes d'eau de Diyaluma, une balade qui permet d'atteindre le haut de la cascade ainsi que des bassins naturels ou il est possible de se baigner. Nous avons été pris par la nuit en redescendant, des locaux nous ont dit qu'il n'y avait plus de bus à cette heure là pour Haputale. On commence à faire un petit bout de route et on entend un bus, super! On lui fait signe de s'arrêter, on dirait qu'il hésite et s'arrête un peu plus loin, on monte dedans par la porte de derrière. Et là on trouve la situation bizarre, les gens allongés sur les banquettes, pas de vendeur de ticket, les gens debout qui commence à nous prendre en photo. En fait on se trouve dans un bus privatisé par une famille pour le week-end, ils sont 25, on a été super bien accueilli, ils nous ont posé pleins de questions et ils ont chanté pour nous. Et on a été bien chanceux car ils nous ont laissé à un carrefour pour prendre un autre bus et on n'a pas vu d'autres bus passer par là!

Nous avons aussi visiter la fabrique de thé de Dambatenne plus ascension jusqu'au point de vu de lipton seat ( 7 kms) , arrivé au bout de 2 kms on fatigue un peu car on a encore les courbatures de l'adam's peak et on hésite à prendre un tuk tuk mais on a fait bien mieux, on a pris le bus local, c'est à dire un tracteur avec une benne qui passait par là. On était debout dedans, ça secouait pas mal mais on était content d'être là. Il nous a emmené jusqu'au dernier kilomètre. Deux transports insolites en deux jours.

On a fini en beauté avec la visite d'une pré-school, les enfants avaient de 3 à 5 ans et dormaient dans des hamacs pour leur sieste. Ils nous ont applaudis quand nous sommes arrivés.

Ella

Ella est une petite ville de montagne (la dernière dans cette région) très touristique, on y a trouvé beaucoup moins de charme qu'Haputale. Une rue principale avec que des hôtels et des restaurants internationaux qui font grimper l'addition.

Il y a néanmoins des balades sympathiques à faire, notamment celle du little Adam's peak (beaucoup moins dur que son grand frère) qui donne une vue sur le Ella Gap.

Parc national de Yala

Nous avons longtemps hésité sur notre destination pour le safari car certaines personnes rencontrées nous disaient avoir été déçues par ce parc car elles n'avaient pas vu beaucoup d'animaux et que c'était une usine à jeep. Il y avait aussi le parc d'Uda Walawa comme choix mais on y voit surtout des éléphants et on avait déjà pu en voir à l’orphelinat. On prend donc l'option une mais en voulant faire le safari le soir pour qu'il y est moins de monde. Les animaux plus rares à voir sont les léopards et l'ours noir.

Arrivés dans la ville, on sait que c'est la ville de départ des safaris, on nous en propose tous les 5 mètres, du coup le choix est dur, certains nous déconseillent le soir mais on pense que c'est pour remplir leur jeep du lendemain pour que ça soit plus rentable.

Il y a effectivement pleins de jeep, surtout lorsqu'un léopard se présente, c'est des embouteillages qui se forment, le matin la situation doit être pire.

On a eu par contre la chance de voir beaucoup d'animaux: crocodiles, oiseaux, buffles, daims, mangoustes, singes, serpent, phacochères, 3 léopards, 2 éléphants sauvages, paons et le clous du spectacle, une attaque de buffle (léopard qui est parti en chasse, il a ramené tout le troupeau au milieu pour attaquer les jeunes buffles mais au final le chef des buffles l'a pris en attaque et le léopard a du monter à l'arbre pour se réfugier), le guide qui n'était pas tout jeune a vu ça que soit disant 3 fois dans sa vie....

Ratnapura

Nous devions remonter à Kandy pour récupérer notre visa indien la route étant assez longue, on décide de faire une halte à Ratnapura, ville des pierres précieuses.

On a pu visiter une mine (ils creusent, arrivé sur la couche de galets, ils tamisent afin d'essayer de trouver des pierres) et le marché où la bagarre des prix fait rage.

La ville n'est pas habitué aux touristes, presque personne ne parle anglais à part quelques vendeurs de pierres.

Mirissa

Petit coup de cœur pour cette station balnéaire, il y a du touriste mais ce n'est pas excessif en nombre, les restaurants sont les pieds dans le sable et l'eau est très claire. Les vagues sont assez fortes mais il a des criques protégées par les récifs.

Nous avons pu faire un safari en mer pour observer les baleines (pas vu de dauphins ce jour là). On a hésité avant d'y aller car beaucoup de bateau s'approche trop près. On a eu la chance de tomber sur un qui s'arrêtait lorsqu'il y avait des bancs de petits poissons en devinant qu'une baleine allait apparaître pour les manger quand elle était dans cette zone. En revenant, on a vu une tortue et un énorme requin baleine, on n'est pas près d'oublier cette rencontre.

Unawatuna

Autre station balnéaire de la côte sud, on l'a trouvé moins vivante, pas de barbecue sur la plage le soir, moins de musique.

On s'est quand même fait un bon repas sur la plage pour la saint valentin (steak de thon). Le propriétaire du resto était très sympa, on a passé un bon moment avec lui.

On a aussi rencontré des pêcheurs sur échasse, qui nous ont fait essayer leurs perchoirs.

Colombo

On a fini par la ville de Colombo, on s'est logé dans le fort où tout était fermé le dimanche, il y avait le marché de Pettah juste à côté qui était très animé. On a pu voir le word trade center du coin et un magnifique couché de soleil dans le parc où il y avait les familles sril lankaises qui y terminaient leur week-end en se baignant.

On a réussi a y trouver des tongs assez grandes pour Jérémie (46) ce n'était pas évident....

Anedocte rigolote: on a croisé des jeunes qui jouaient au cricket dans la rue, la balle part vers nous, Elo arrête la balle avec son pied et Jérémie l'a renvoie, elle tape sur le toit d'un tuk tuk, rebondit sur le côté d'un camion et atterrie dans le même tuk tuk, qui ne s'en aperçoit pas et trace sa route, les enfants ont du faire un sprint pour le rattraper, trop drôle, on aurait voulu le faire on n'aurait pas pu :)