São Luís

Le bus qui doit faire le trajet de l’aéroport jusqu’au centre historique va en fait… au garage ! Mais il nous dépose tout de même sur une avenue très passante où nous devons trouver un autre bus. Une très gentille dame s’occupe de nous et nous indique le bon bus. Elle prévient aussi la caissière du bus qui s’avère très rigolote. Le chauffeur s’embrouille avec un autre bus, la caissière nous raconte des histoires, sort des mots en français… C’est animé.
Nous arrivons enfin à la pousada Terras de Amazonas. Vielle demeure grande ouverte (patio / cour) et très joliment décorée. Chambre bien moins sympa (grande et propre mais qui sent très mauvais). Nous partons à la découverte de la ville, nous remontons une avenue très commerçante : boutiques de vêtements, chaussures et ameublement. Sono à fond dans la rue et beaucoup de monde. On galère à trouver un supermarché pour acheter de l’eau et une prise anti-moustiques. Tout le monde est adorable mais donne de mauvaises informations ! Le soir on se pose sur la petite place centrale animée. Il y a un musicien. Caïpi, bolinhos, frites de manioc en écoutant la musique. Tranquilles.

Centro Histórico

Le petit déj n’est pas terrible, mais je découvre les beijus, petites galettes de farine de manioc. Miam. Nous allons découvrir la ville historique avec l’objectif de faire du change. Ce sera une épopée. Le routard n’indique rien de juste. Et à chaque renseignement, on nous envoie n’importe où. En fait, il faut aller vers la ville nouvelle au centre commercial Shopping Sao Luis ! Et c’est parti pour au moins 45 minutes e bus et de bouchons. Nous trouvons rapidement l’officine de change et en profitons pour explorer le grand supermarché. C’est toujours sympa de voir ce qu’il y a dans les rayons, c’est informatif ! Taille des bouteilles de soda, gâteaux, double rayon entier de farine, un pour le riz et les haricots ! Le trajet retour sera plus simple et rapide. Nous nous rendons ensuite au petit marché semi-couvert très sympa. Il y a de mini-cuisines pour déjeuner. Par hasard, on y retrouve Romain et Benoît. On pensait qu’ils arrivaient qu’en fin d’après-midi. Nous commandons un carne do sol, viande asséchée puis cuite avec riz et haricots + salade et crudités. Nous pouvons enfin arpenter tranquillement les rues du centre. C’est très contrasté encore une fois. Beaucoup de très vieilles maisons en ruines avec les arbres qui poussent à travers les fenêtres. Cela apporte un certain charme. En fin de journée, petite noix de coco sur la place, on se plaît à observer la vie, les gens (les mêmes que la veille) ; on invente des histoires.
Le soir une amie de Romain, Marly passe nous chercher. Elle nous amène dans un super resto-grill. C’est blindé mais elle est connue, il y aura une table pour Marly ! C’est parti pour le défilé de bonnes viandes sur les brochettes-épées, le tout arrosé d’un magnum de Chandon (sorte de crémant pas mauvais dont les brésiliens sont friands). Ensuite nous irons faire un tour à un événement mondain dans un hôtel où Chandon est sponsor. On ne restera pas très longtemps mais c’était drôle !