Semporna

Semporna est notre première étape en Malaisie, sur l’île de Bornéo. En arrivant en avion et en se dirigeant vers la ville, nous sommes surpris par l’étendue de palmiers servant à fabriquer l’huile de palme. La jungle a été détruite pour laisser place à cette culture, il y en a des kilomètres et des kilomètres.

La ville de Semporna n’est vraiment pas accueillante, elle sent mauvais, des gens font la manche dans la rue. Mais c’est le point de départ pour aller dans l’archipel de Semporna, mondialement réputé pour la plongée. Le site de Sipadan est le plus connu et le meilleur. Malheureusement, ça ne sera pas pour nous : il faut réserver un permis à l’avance car seulement 120 personnes sont autorisées par jour y compris les personnes faisant du snorkelling et le prix pour 3 plongées s’élève à 250€ !

Nous avons donc plongé, mais un peu plus loin, sur Mataking où les 3 plongées nous s’ont revenus à 80€ avec 1 heure de bateau et un repas inclus. La plongée était sûrement moins bien qu’à Sipadan mais nous avons fait une plongée magique où nous avons vu plus de 30 énormes tortues en une seule plongée, moment magique !

Rivière Kinabatangan

Nous avons continué notre route vers Kinabatangan où les trajets en indépendant sont un parcours du combattant. Nous avons pris un mini bus pour aller dans une plus grosse ville, nous avons dû attendre 2 heures avant qu’il soit plein et que nous puissions partir. Puis la même chose pour atteindre la ville suivante. Pour la dernière étape, un seul chauffeur nous attendait, nous demandant un prix excessif, nous avons alors voulu faire du stop mais les gens ne s’arrêtaient pas, ils nous saluaient. On a donc cédé et nous sommes partis avec ce chauffeur.

Le resort est accessible en barque, nous avons dormi en dortoir car tout était plein, mais personne d’autres dans notre chambre de 4, nous nous ne plaignons pas.

Pendant notre séjour, il y a plusieurs croisières sur la rivière de comprises afin d’observer les animaux, deux le matin à 6h00 et deux l’après-midi à 16h00. Plus un trek dans la jungle pendant trois heures. Il y a aussi un trek dans la nuit qu’il est possible de faire. A notre arrivée tous les treks ont été annulés car des éléphants sauvages avec des bébés étaient derrière le resort, une sortie était trop dangereuse. Pendant notre première croisière nous avons vu les éléphants et ils ont traversés la rivière (signe que les treks pouvaient finalement se faire !). Nous avons vu des singes à longue queue, des singes prohibiscus, des crocodiles, des martins pêcheurs, des aigles, des orangs outangs, un crocodile.

Il est très facile d’observer les animaux mais malheureusement cela est dû à la déforestation, il n’y a plus qu’un étroit passage de jungle de chaque côté de la rivière où ils viennent tous se réfugier.

Nos deux nuits en dortoir ont été agitées, la première nuit, Jérémie avait entendu un bruit suspect, il avait éclairé la pièce mais il n’y avait rien de suspect, peut être un lézard qui se promenait dans la chambre. Mais le lendemain, nous l’avons vu clairement, un rat était dans la chambre et il voulait à tout prit manger nos oréo enfermés dans le sac à dos, si bien qu’il a décidé d’y faire un trou pour les atteindre. Nous avons enfermé les biscuits sous la poubelle sur la terrasse pour le reste de la nuit mais nous n’avons pas bien dormi. Nous avons prévenu la réception mais malheureusement la jungle est remplie de rat… Nous avons cependant notre revanche sur ce rat, puisque nous avons rencontré un couple de suisse quelques jours plus tard et au fil de la conversation, nous avons appris qu’ils avaient été dans la même chambre que nous et que l’hôtel a mis une cage sous le lit et qu’il avait été capturé pour être relâché dans la jungle.

Sandakan

Cette ville a fait parler d’elle en mai dernier, des extrémistes philippins ont enlevés une malaisienne sur le front de mer pour demander une rançon importante. Toute la région de Sabah est d’ailleurs à éviter selon le gouvernement français, il y avait une présence militaire dans les rues pour surveiller.
Il y avait une marche de deux heures à suivre à l’aide de panneaux, nous avons ainsi pu voir des temples, un cimetière chinois, un cimetière japonais et des églises.
Le front de mer y est agréable pour déguster un bon jus d’avocat (ils en ont pleins sur Bornéo, nous qui adorons ça !)

Sepilok

Il y a deux choses à voir à Sepilok : le centre de réhabilitation des orangs outangs et celui des ours malais.

En ce qui concerne les orangs outangs, c’est l’occasion de les voir de près car dans la jungle nous les avons vu d’assez loin mais on se croirait quand même un peu zoo puisqu’ils leurs donnent à manger sur une plate-forme à une heure donnée, ils se présentent et nous pouvons les voir, le reste du temps c’est rare d’en croiser. Nous en avons quand même vu un lors de notre visite du parc des ours, il se baladait près d’une allée et il n’y avait personne.

Ce centre recueille les animaux abandonnés ou blessés. Ils essayent ensuite de les réintroduire petit à petit dans leur milieu naturel, en leur montrant comment se déplacer dans les arbres, comment se nourrir. Au début, ils restent près de la plate-forme pour avoir de la nourriture et au fur et à mesure, ils s’éloignent dans la jungle. On a vu aussi le centre où les plus jeunes débutent leurs exercices. Il y en a un qui a volé deux doigts du gant en plastique de sa soigneuse et il s’amusait à souffler dedans, c’était très drôle à voir.

Le parc avec les ours était décevant, il y a juste une pate-frome d’observation, pas de possibilité de sa balader dans la jungle. La chose positive est que nous avons vu de très près un orang outangs en balade dans le coin.

Pour finir, nous avons été dans un grand parc où des balades dans la jungle sont possibles avec des ponts et des canopées (ponts suspendus très haut pour être proche de la cime des arbres). On a pu observer des animaux comme l’écureuil noir, des fourmis géantes, pleins de fleurs et d’arbres. Il y avait des arbres gigantesques faisant dans les 75 mètres, on se sentait bien petits à côté !

Mount Kinabalu National Park

Le parc du mont Kinabalu n’a rien à voir avec la ville puisqu’ils se situent à 2 heures de route l’un de l’autre.

Il y a normalement le trek du mont Kinabalu à faire, prenant deux jours car le sommet se situe à plus de 4000 mètres. L’ascension est chère, dans les 200€ car il y a un monopole sur le logement où il faut passer la nuit. Nous avions donc décidé de ne pas le faire car cela était trop cher, nous avions réfléchit à la question en avance puisque le nombre de lit est limité, il faut donc réserver son ascension.

La nature en a décidé autrement puisqu’un tremblement de terre très important a eu lieu là-bas en juin dernier, vers 7h00 du matin, tuant 19 personnes écrasées sous les rochers. Des personnes étaient coincées au sommet et voulaient redescendre rapidement car le froid est intenable en haut à une telle altitude. Les locaux pensent que cela prendra environ un an pour reconstruire un nouveau chemin. Il y avait encore quelques petites répliques lorsque nous y étions mais nous ne les avons pas sentis, les locaux plus inquiets eux oui.

Nous nous sommes donc promenés dans les allées du parc en bas. Nous avons visité un parc botanique avec explication car de nombreuses espèces n’existent que dans ce parc. Par exemple, la plante carnivore avec son chapeau, elle peut contenir plus de 3 litres d’eau, son col est très sucré, les insectes se posent dessus pour manger, ensuite ils sont très lourds et ont du mal à repartir, ils tombent donc dans la coupe et ils sont mangés.

Nous avons aussi visité un parc à Poring, où il y a des canopées, un parc à papillon, des sources d’eau chaude et des rafflésies. La rafflésie est la plante la plus grosse au monde, elle met 15 mois à fleurir et elle reste fleurit 7 jours.

Elles poussent dans les jardins des particuliers, ce qui est une aubaine pour eux car les gens payent pour venir les voir, des années ils en ont plusieurs et d’autres aucune. Des fois ils ont des bulbes mais la fleur meure avant la fin. Celle que nous avons vue devait fanée deux jours après, elle commençait donc à se rétracter. Ce qui est étonnant, c’est qu’elles n’ont ni racines, ni tiges, elles poussent à côté de lianes.

Kota Kinabalu

Nous nous sommes un peu reposés avant notre départ vers le continent. Nous avons aimé le grand marché où il y avait pleins de jus de fruits frais pas chers et pleins de crustacés à manger. Nous avons testé le poisson et les palourdes à la sauce à l’huitre, un vrai régal.

Nous avons fait une excursion à la journée sur l’île de Manukan, certes il y avait un peu de touristes chinois, assez bruyants mais nous avons apprécié nous détendre sur une plage de sable blanc avec une eau claire et calme pour se baigner.

Kuala Lumpur

Pendant 15 jours nous avons une aventurière avec nous, Mélanie. Nous commençons son séjour avec la visite de KL.

Notre auberge de jeunesse est bien placée, juste à côté d’un métro et nous pouvons faire pleins de choses à pied, important dans une grosse ville.

Nous avons d’abord été voir les tours Petronas, symbole de la ville, de nuit. C’est avant tout le siège social de l’entreprise, si l’on veut le visiter, il faut sortir le porte-monnaie et y aller très tôt le matin, nous avons préféré les observer de nuit. Nous sommes également montés dans un skybar (bar en haut d’une haute tour) pour les voir en entier.

Nous avons visité Batu caves aussi, ce sont des temples en haut d’un escalier abrupte, ils sont dans des grottes, nous pensions que ça allait être très touristique mais les temples sont vraiment utilisés par les locaux, ont ressent une certaine atmosphère et le site est beau.

Il y a une grande mosquée à visiter à KL, contrairement à d’autres pays, en Malaisie, en dehors des heures de prières, ce n’est pas un problème pour visiter une mosquée si on s’habille avec leurs vêtements mis à notre disposition, qui n’étaient pas vraiment à notre goût mais bon pas tellement le choix.

Il y a aussi des temples à visiter et quelques architectures intéressantes.

A comparer, nous avons trouvé Bangkok plus intéressante.

Malacca

C’est une ville coloniale intéressante et agréable. Il y a une rivière qui passe au centre où il est possible de faire des croisières. De chaque côté des petits restaurants, bars et hôtels se sont installés. Cela faisait tellement longtemps que nous n’avions pas vu des bars mais encore plus dans cette atmosphère. En Asie, on peut acheter de l’alcool au restaurant où en supermarché mais il n’y a pas vraiment de bars où les consommer.

Les rues sont belles avec des bâtiments à l’inspiration hollandaise, il y a des grands marchés avec des babioles à vendre, des tuk tuk kitsch que nous nous sommes empressés d’essayer. Il y avait aussi plusieurs églises. Nous sommes aussi tombés sur un vendeur de chaussures pour les pieds bandés des chinoises. Il y a une grosse communauté de chinois à Melaka et autrefois, dans les familles riches, dès l’âge de 3 ans, ont leurs bandaient les pieds pour ne pas qu’ils grandissent et qu’ils puissent porter ce genre de toutes petites chaussures. Ainsi elles avaient du mal à marcher et elles ne pouvaient pas s’enfuir de chez leurs maris.

Île Tioman

Nous avions prévu d’aller à Singapour avant Tioman ce qui parait logique au niveau du trajet mais nous avions oubliés que nous avons laissé nos passeports à l’ambassade du Myanmar à KL en vue de notre future destination.

Il faut prendre un ferry pendant 2h30 pour y arriver, pas tant que ça coupé du monde puisque nous avions internet et l’électricité en permanence. Avant d’arriver là-bas, il faut choisir sa plage : la backpacker- celle du resort cher, celle isolée avec un seule logement,…. Dur dur mais nous sommes restés sur nos habitudes et nous avons choisi celle des backpackers.

Nous avions peur que cela soit complet et que nous ayons peu de choix en hébergement mais au final ce n’était pas le cas et nous avons trouvé deux petits bungalows proches de la mer pour profiter de notre séjour.

Nous avons fait de la plongée, Mélanie a pu faire son baptême là-bas. Nous avons fait également pas mal de snorkelling où nous avons vu des tortues et des requins à pointes noires. Nous avons aussi testé la piscine d’un grand resort qui était loin d’être désagréable, un peu de confort de temps en temps cela fait du bien.

Nous avons fait également un trek dans la jungle, où nous avons vu bon nombre de varans et même un petit serpent vert fluo…. Arrivé sur la plage presque déserte, on a commencé à manger notre repas, ce qui a bien sûr attiré bon nombre de singes du quartier, ils voulaient ensuite nous piquer nos sacs dans l’espoir d’avoir plus de nourriture. On a donc du se relayer pour aller se baigner en attendant qu’ils décident de partir, ce n’est pas pour rien que l’on a donné le nom de « Monkey bay » à cette plage.

Singapour

Après avoir fait un aller-retour express à KL pour récupérer nos passeports, nous pouvons enfin découvert Singapour. C’est drôle car avant d’y aller, on se disait que dans nos têtes, on avait une image de Singapour tout le temps de nuit, toutes les photos ou vidéos de cette ville sont de nuit.

Nous avons passé la frontière en terrestre, il faut prendre un bus qui nous dépose à un bâtiment où on passe l’immigration du pays avec nos bagages pour en sortir. On prend ensuite un autre bus sur plusieurs kilomètres où on est en freeland, le bus nous dépose à nouveau avec nos bagages pour passer l’immigration afin de pouvoir rentrer dans le pays. Et dire que pleins de Malaisiens font cela tous les jours et que tous les jours ils font tamponner leurs passeports et ils remplissent un formulaire (ils en prennent des 50taines à l’immigration pour aller plus vite), ils travaillent à Singapour pour gagner davantage d’argent.

On est allé au Zoo là-bas, on la trouvé super bien, les barrières avec les animaux sont très naturelles, il y a beaucoup d’espèces et des spectacles. On a pu approcher de près des koalas et des orangs outangs. En comparant avec celui-là, on s’est dit que l’ont avait quand même des supers zoos en France. On est resté le soir pour pouvoir participer à un safari de nuit, c’est un parc qui ouvre ses portes à la tombée de la nuit et il n’y a que des animaux que nous avons l’habitude de voir dormir d’habitude en journée. Ils étaient tous bien éveillés. On n’a pas de photos à vous montrer car la lumière était tamisée et les flashs interdits. Il y avait une balade à faire à pied et une autre en petit train.

Nous avons découvert le quartier des affaires de Marina Bay en croisière puis à pied. La vue est superbe avec toutes ces tours, le Merlion (tête de lion et cors de poisson) symbole de la ville, son opéra, son stade de foot sur l’eau, sa salle de spectacle en forme du durian. Il y a un bâtiment appelé Marina Bay Sands qui comprend un centre commercial en bas avec une rivière avec des barques qui y passent. L’hôtel est composé de trois tours reliées toutes ensemble par une corniche en forme de bateau. Au milieu, il y a une piscine à débordement, la plus haute du monde, qui est réservée aux résidents de l’hôtel (la chambre la moins chère est 300€), on devra donc encore un peu patienter avant d’y faire un plongeon. De l’autre côté, il y a un parc avec des arbres géants un peu façon avatar éclairés la nuit. Il y a aussi deux grandes serres futuristes que nous n’avons pas eu l’occasion de visiter. Nous avons fini notre journée en pique niquant face à la bay et en regardant le spectacle sur l’eau donné tous les soirs.

Kapas Island

Notre aventurière Mélanie nous a quitté à Singapour, nous avons pris un bus de nuit pour remonter au nord de la Malaisie en repassant bien sûr la longue frontière (on a mis deux heures environ).

Nous avons ensuite pris un ferry pendant 15 minutes pour arriver au petit paradis de Kapas (6 kms des terres), c’est décidé, c’est là que nous allons recharger nos batteries en nous reposant plusieurs jours, des vacances pendant notre voyage.

On en a quand même profité pour nous mettre à jour sur les photos, blogs et lecture pour nos futures étapes.

Notre bungalow n’est pas face à la mer mais juste devant notre hôtel il y a une magnifique plage de sable blanc, sans caillou avec une eau calme. On a fait un petit trek dans la jungle pour traverser l’île et arriver de l’autre côté où il n’y a rien, juste une plage de galet avec un paysage proche de la bretagne. Il n’y a pas de véhicule sur l’île, tout arrive par bateau, il y a jute la plage à traverser pour arriver aux petits restaurants. Il n’y a pas beaucoup de monde, l’ambiance est détendue.

Notre cantine quotidienne était un restaurant tenu pas des hollandais avec des plats locaux et plus européens, nous nous sommes fait plaisir avec de la nourriture qui change un peu du Nasi Goreng et du riz frit. Tous les vendredis soirs, ils organisent un BBQ géant, à volonté avec poisson, agneau, poulet, calamars, purée, riz et fruits. Cela faisait tellement longtemps que nous n’avions pas mangé de l’agneau c’était vraiment un délice, un petit bonheur simple de retrouver une telle saveur.

Perhentian Islands

Les îles Perhentian sont deux îles, une grande à l'ambiance plus tranquille et plus familiale et la petite (Kecil) qui a des hébergements plus abordables mais c'est aussi plus festif. On opte pour la deuxième option. On a fait tous les hébergements de la plage, les prix étaient carrément excessifs pour les prestations proposées, des logements sales au bord de l'effondrement pour une 15 aine d'euros voir plus pour les gourmands, de la folie.

Heureusement, le dernier logement tenté a été le bon, sanitaire en commun mais bien propre, digne d'un camping en France, une grande terrasse avec table et petit vue sur la mer, le tout pour 10€ !

Les plongées étaient vraiment peu chères, alors on s'est fait plaisir pour normalement notre dernière destination où l'on peut plonger, à 17€ l'unité, il ne faut pas se priver. On en a fait 6, par contre la visibilité était mauvaise, environ 5-8 mètres, cela est dû à la mousson qui arrive le mois prochain, il y a des courants chauds et froids qui se mélangent et brouille l'eau.

On a aussi fait une sortie snorkelling en bateau, les coraux étaient très beaux, l'eau magnifique mais peu de poissons.

Le paysage est paradisiaque sur les Perhentian mais il faut dire que c'est beaucoup plus touristique que Kapas où nous étions juste avant, on a un peu déchanté au départ puis finalement bien acclimaté.

On vous laisse avec la photo d'un gros lézard que nous avons retrouvé dans notre chambre et une photo d'une salle de bain typique d’Asie que nous avons régulièrement : on peut aller au toilette, se laver les mains et prendre une douche en même temps le tout avec des fuites d'eau et une peinture bien défraîchie.

Penang

Penang est réputé pour être la capitale malaisienne de la nourriture et c'est vrai que les stands ne manquent pas. Sur les photos on voit un food court, on s'assoie où l'on veut et on choisit sa nourriture à divers stands très variés, comme ça chacun mange ce qu'il veut.

La ville est du style colonial avec beaucoup de street art, amusant à découvrir au cours de balade à pied.

Le deuxième jour, nous avons loué un scooter pour nous promener, nous avons été voir la colline de cette île, on y monte grâce à un funiculaire où la pente est très importante, impressionnant. La haut la vue est un peu bouché mais on s'amuse en faisant faire une caricature d'Elodie à un artiste, pour la modique somme de....2€, le final n'est pas hyper ressemblant mais c'était sympa à faire.
On a aussi vu des temples chinois très impressionnant, ils ne font pas les choses à moitié les chinois. On s'est baladé sur la plage le soir pour finir, où on s'est pris un énorme orage, on a dû attendre presque une heure avant de repartir car nous étions en deux roues.

Cameron Highlands - Tanah Rata

C'est une station climatique en altitude, alors même s'il fait environ 20 degrés et moins le soir, on a ressorti les pulls et les chaussures fermées ! Cela fait du bien aussi de dormir au frais.

Qui dit fraîcheur, dit thé! Nous avons loué un scooter et sommes partis faire un tour dans les plantations de thé, les serres de fraises aussi et la forêt de mousse. On s'est régalé à déguster des confitures de fraise faites maison, des glaces à la fraise, du thé, des gâteaux à fraise. Les marchands de souvenirs déclinent les fraises sous toutes les formes.