Ile de Gorée

"Et bien je m'en vais vous raconter une petite histoire de Gorée, une petite île située à moins de quatre kilomètres de Dakar, au centre de la rade que forme la côte sud de la presqu’île du Cap-Vert. L’île de Gorée offre un abri sûr pour le mouillage des navires. De ce fait, elle a été, depuis le XVe siècle, un enjeu entre diverses nations européennes qui l’ont successivement utilisée comme escale ou comme marché d’esclaves.
Vivre à Gorée est comme vivre dans un petit village où tout le monde connait tout le monde, on vit le Melting pot dans une harmonie totale (ceux qui y travaillent, ceux qui y viennent pour visiter, ce qui restent sur l'île pour la journée et l'autre partie qui rentre sur Dakar) ! Cette réalité est différente du double visage que l'île véhiculait jadis surtout à la fin du XVIIIe siècle : celui d’un carrefour prospère, où commerçants, soldats et fonctionnaires vivaient dans un décor de rêve, et celui d’un entrepôt de « bois d’ébène », avec tout son cortège de souffrances et de larmes.
Gorée offre aujourd'hui une heureuse symbiose du passé et du présent, de l’histoire et du quotidien, de l’harmonie des formules visibles et de l’empreinte dramatique du souvenir. C’est pourquoi elle constitue désormais un de ces lieux uniques où peut se retremper la mémoire des jeunes générations d’Afrique et des Amériques, en même temps que se renouvellent les sources de leur inspiration.
Un tel endroit, s’il appartient à l’imaginaire vivant de l’Afrique et des Amériques, appartient, dans une égale mesure, à la conscience du monde. Il peut devenir une terre de méditation, un haut lieu de réflexion et de recueillement, où les hommes, plus conscients des tragédies de leur histoire, apprendront mieux le sens de la justice et celui de la fraternité, comme disait un grand sage sénégalais nommé Amadou Mahtar Mbow."

Récit de Alan Rob Sybo, Dakar.

Merci à lui pour ce témoignage :)

Le Lac Rose

"Le lac Rose, de son vrai nom lac Retba, salé, doit sa renommée à la teinte originale et changeante de son eau, mais aussi au rallye Paris-Dakar dont il constituait l’ultime étape.
C'est un grand lagon de 3 km², peu profond, entouré de dunes et situé à quelques centaines de mètres de l’océan Atlantique, au nord-est de Dakar. Sa couleur est due à une cyanobactérie, organisme microscopique qui fabrique, surtout par temps de vent sec, un pigment rouge pour résister à la concentration de sel. ce qui fait que souvent les touristes sont souvent déçus par la couleur qui n'est pas toujours au rendez-vous.
En s'y rendant on observe les hommes qui plongent sans masque dans l'eau jusqu'à la poitrine, cassent avec un piquet le sel déposé sur le fond avant de le ramasser à la pelle pour remplir des pirogues d'une capacité d'une tonne. Les femmes sont chargées de débarquer les pirogues et d'entasser le sel sur les bords pour le sécher et le blanchir au soleil. Tous s'enduisent le corps de beurre de karité pour se protéger de la salinité corrosive. Le sel est destiné aux conserveries de poisson ou alors il est exporté (soit pour la consommation dans la sous région ou en Europe pour la neige allez savoir!).

Les femmes confient aux touristes qu'elles font souvent des fausses couches mais personne ne peut vraiment attester que c'est dû à cette teneur de sel dans l'eau, et à sa mousse qui s'étale sur la plage.

Le lac Rose se situe à 35,8 km de Dakar, il faut donc compter entre 47 min et une 1h15 de route suivant le trafic du jour et les heures de fréquentation de l'autoroute!

Si un jour vous vous rendez au lac Rose n'hésitez surtout pas de vous approvisionner en sel de mer qui n'a rien à envier à celui des marais salants."

Récit de Alan Rob Sybo, Dakar. Merci à lui ^^ et merci au sel du lac rose pour nos routes enneigées ahah !