Le centre de Salvador au calme

Après un succulent petit déjeuner à l'Estrela Do Mar, nous prenons le bus jusqu'à Praça de Sé. Après de nombreuses mises en garde (Attention aux pickpockets, tu vas voir tous les vendeurs oppressants te tombent dessus...), il se trouve que tout est calme et relativement vide... Pas de touristes ! Je découvre la Baie de Tous les Saints à côté de l'elevador qui relie les villes haute et basse. Ensuite Praça des Sé puis Terreiro de Jesus. Je retrouve des architectures d'églises typiques des villes d'Amérique du Sud construites par les colons. Nous visitons l'église Sao Francisco, ultra chargée d'or ! Impressionnant et kitsch (enfin rococo !).
Nous empruntons les petites rues tranquilles pour rejoindre le Largo de Pelourinho. C'est aussi beau que prévu ! L'immeuble où MJ a tourné son clip est à vendre ! Toujours de belles couleurs pour rendre l'endroit enchanteur. Et personne en dehors des commerçants. En descendant, on aperçoit des milliers de rubans qui virevoltent et recouvrent les grilles de Nossa Senhora Rosàrio Dos Pretos avec ses saints noirs (construite par les escalves pour les esclaves). La nef est riche, le reste simple et sobre.
Déjeuner salade chez Conosco. Nous tentons d'aller visiter la cathédrale mais elle est en travaux. Juste avant on déguste une excellente glace chez Delaporte.
Nous progressons ensuite vers le quartier de Santo Antonio, très charmant et en rénovation. Nous nous arrêtons chez Cafelier pour profiter de la terrasse face à la baie, jus de fruits frais devant le coucher de soleil. A 18h, nous allons participer à la messe syncrétique à NS Rosario dos Pretos. L'ave maria au rythme des tambours fait frissonner et embrasse. Beaucoup de chants et de rythme pendant 40 minutes puis un prêche plus traditionnel. Nous sortons avant la fin pour aller déguster une caïpi dans Santo Antonio, où le patron du petit bar nous installe une table dans la rue. Nous avons un concert en fond sonore. Nous retraversons le Pelourinho pour écouter quelques batucadas très sympas avant de reprendre un taxi vers Barra.

Igreja de Bonfim

Encore un excellent petit déj. Nous partons seulement vers 12h après s’être bien reposés, en direction de Bonfim. 50 minutes de bus à travers divers quartiers le long de la baie, sur 10 km pour atteindre la célèbre église des rubans. Un très gentil papi édenté nous prévient pour la sortie et le chemin à prendre. Tout est calme, nous sommes presque seuls, juste qq brésiliens qui se recueillent. Le charme des rubans colorés opère et on est vite envahi par les ondes de la ferveur des cérémonies qui se déroulent ici. Dans la petite salle des ex-voto, on se retourne en entendant parler français, et BIM, on tombe sur Luc Ferry, seul touriste avec nous… ! Nous achetons 30 bracelets à Luis Sotero (on fera une distribution aux copains au retour). On rentre de nouveau dans l’église. Un bracelet rouge pour Matthieu qui fait ses vœux pendant que je fais les nœuds puis inversement avec un turquoise pour moi. Nous en accrochons ensuite chacun un aux grilles. Après cet épisode symbole et superstitions, nous descendons vers la mer. Un guarana au bord de l’océan pour admirer le bout de la baie et quelques pêcheurs : nuages, pluie fine, rayons de soleil, arc en ciel. On est bien !
Le retour en bus sera plus épique que l’aller. Il ne passe pas vraiment à côté du mercado modelo qui est notre repère et rien n’est évidemment indiqué. On se retrouve donc dans la ville haute, dans un endroit inconnu et sous une averse tropicale. On refait tout le chemin à pied : grande descente sur une voie rapide sans trottoir, avec des dingues en voiture qui nous frôlent et des travaux sur le bas-côté. On glisse, on tombe, on est trempé et on longe des immeubles délabrés transformés en squats avec des junkies qui s’enguelent ! Un grand moment ! Une fois en bas, soulagés d’être arrivés, on se regarde dégouliner de flotte et on explose de rire. Petite aventure, belle douche et toutes ces gouttelettes qui perlent sur nos visages et cheveux !
Nous atteignons le mercado modelo, temple des babioles pour touristes, moche et sans trop d’originalité. Ca donne le tournis. Pour rejoindre la ville haute nous empruntons l’elevador. A l’arrivée j’imagine que la vue doit être splendide par beau temps.
Non résignés, nous trouvons la station de bus Praça de Sé pour rejoindre Farrol de Barra. Une fois changés et réchauffés, nous allons au shopping center, dévaliser Havaïanas. Je suis partie sans tongs exprès ! N’ayant pas déjeuné, nous commençons à avoir faim. Matthieu ne peut résister au Burger King… le seul du monde qui n’a plus de frites !