Zambujeira do Mar

Aujourd’hui est un jour important dans mon périple, c’est à la fin de cette journée que je rallierai Lisbonne, la capitale du Portugal! Mais pour l’heure, je vais remonter la côte atlantique et faire un petit détour par la baie de Setúbal.
Un peu au hasard, car je ne savais pas que ce petit chemin était en cul-de-sac, je fais une halte à Azenha do Mar (sans “s”, ce n’est pas le même que celui près de Sintra). Un environnement de falaises abruptes, un minuscule port de pêche avec un antique treuil pour remonter les barques, et c’est tout. Un petit coin de tranquillité, ignoré de la foule!

Je m’arrête par après à Zambujeira do Mar, une toute petite et mignonne station balnéaire, avec des petites rues se croisant à angle droit; les hautes falaises dominent la mer et la petit plage, on peut s’approcher du bord, mais gaffe… Sur la terrasse surplombant la plage, a été érigée la petite chapelle toute blanche de Nossa Senhora do Mar.

Cabo Sardão

La campagne aux alentours de cette côte est surtout composée de petites parcelles de cultures maraîchères, avec de temps à autre des petits canaux d’irrigation et des petites serres. Une petite route m’amène au Cabo Sardão, où le phare se dresse devant un océan parfois déchaîné qui se fracasse sur un mur de falaises impressionnantes. Un truc unique à voir ici au Cabo Sardão: des cigognes ont choisi de nicher dans les falaises! Curieux quand-même, elles préfèrent plutôt les poteaux électriques et les clochers, non?

Vila Nova de Milfontes

Vila Nova de Milfontes se trouve à l’embouchure du fleuve Mira, qui se jette dans l’océan face à cette petite ville balnéaire aux maisons blanches avec son ancien fort militaire. La longue plage qui borde la rive opposée du Rio Mira est accessible par des navettes en bateau.
Bien que je sois dans une ville côtière, pour manger ce midi je vais préférer la viande au poisson. Voyons voir… Un plat attire mon attention: “frango piri-piri”; je sais que frango signifie poulet en portugais, mais piri-piri… Testons. Un demi poulet grillé, avec un petit flacon de sauce rouge et assez fluide; je suppose que c’est çà le piri-piri, et qu’il faut en napper l’infortunée volaille présente dans mon assiette. Houlà… ça pique, ça brûle; je situerais le “mordant” entre la sauce raifort et le tabasco. J’ai su par la suite que c’est une sauce à base de piment et de vinaigre. Naturellement, dans ce cas-là…

Sesimbra

Lisbonne se rapproche tout doucement, mais je vais bifurquer par la baie de Setúbal, près de l’embouchure et l’estuaire du Rio Sado. Je passe outre Setúbal, gros port de pêche entouré de vastes (et moches) zones d’industrie en zone portuaire, pour pousser jusqu’à Sesimbra.
C’est un petit port de pêche posée au bord de l’océan, en bordure d’une longue plage de sable fin, dans une région très boisée où, vers l’ouest, s’alignent de monumentales falaises.
Le monument marquant de Sesimbra est sans aucun doute son fort de Santiago, qui fut à la fois un fort et une prison; construit sous le règne du roi Joao IV, son intérêt était essentiellement défensif. Aujourd'hui il offre l'un des meilleurs points de vue de la ville.

Cabo Espichel

A une quinzaine de km de Sesimbra, le Cabo Espichel offre un paysage particulier: aride, loin de tout, avec ses falaises à l’aspect érodé qui plongent dans l’atlantique. Outre son phare et la petite chapelle Ermida da Memória (construite sur le site d’une apparition de la vierge Marie après que des pêcheurs locaux l’aient aperçue au 14e siècle), l’endroit est aussi connu pour son sanctuaire Notre-Dame du Cabo Espichel, avec son étrange église baroque et ces 2 longs bâtiments qui servaient d’hébergement aux pélerins au 18ème siècle. Ces rangées de chambres s’appelaient autrefois “les maisons des cierges” (Casa dos Círios), et correspondaient plus ou moins à une auberge de jeunesse de l’époque. Actuellement, ces bâtiments sont inaccessibles, les chambres ont été murées, ce qui donne au lieu un aspect fantômatique… à condition de ne pas s’y rendre les weekends, car les stands à souvenirs et les voitures garées n’importe comment cassent nettement l’atmosphère de cet endroit du bout du monde!

Bon, dernière étape, jusqu’à l’aéroport de Lisbonne où je rends la voiture. Rendez-vous au chapitre suivant!